Le Times Magazine du mois de mars 1927 rapporte que quand le congrès américain prit son congé, le sénateur William H. King de l'Utah, démocrate et mormon décida de laisser Washington pour un voyage d'investigation auto décidé à Porto Rico, aux Iles Vierges et en Haïti. Cependant, il reçut la notification que sa présence n'était pas souhaitée dans la République d'Haïti.

President Borno

Simultanément, l’ambassadeur haïtien à Washington reçut un câblogramme du gouvernement haïtien avec la mention:
« Prière de faire suivre dans l’immédiat cette information à la presse américaine:
« M. William H. King, ayant exprimé son intention d'aller en Haïti, le gouvernement haïtien l'a informé qu'il le considère comme indésirable et que l'accès au territoire d’Haïti lui est interdit.

« L'attitude du gouvernement haïtien est justifiée par les raisons suivantes:
« 1) M. King a publiquement émis aux Etats-Unis une déclaration fausse et blessante contre le président d’Haïti.
« 2) M. King s'est fait le porte-parole aux États-Unis d'éléments subversifs agissant dans le but de provoquer le désordre dans la politique haïtienne. Sa présence en Haïti provoquerait une agitation politique qui aurait pour conséquence de déranger la population qui maintenant est accoutumée à la paix et au travail.»

Immédiatement, le ministre des affaires étrangères (secrétaire d'état) Kellogg, après une consultation avec l’ambassadeur haïtien Hannibal Price, câbla le Président Borno lui faisant savoir que ses objections à M. King étaient un affront au sénat des États-Unis et une honte pour Haïti.

Peut-être, disait le ministre Kellogg, que M. King pourrait perdre son hostilité si on le laissait visiter Haïti.

Le Président Borno câbla en réponse qu'en aucune circonstance, il ne permettrait à M. King de débarquer sur ses rivages. Les « expressions de M. King, » disait le président, « sont une insulte à ma personne et à mes proches ».

Ainsi, les États-Unis cédaient à la petite République noire d'Haïti. Le secrétaire Kellogg publia ce rapport : « Haïti est une république souveraine et entièrement chez elle et dans ses droits en refusant que quelqu’un ne débarque sur son territoire et les Etats-Unis n’y peuvent rien. Le sénateur King a été ainsi informé. »