Les esclaves blancs de Saint-Domingue

Les engagés sont des Français qui acceptent de servir, pour trois ans, dans les colonies. Le voyage est payé. Le premier départ semble dater de 1624, au Havre. Ces hommes aliénent leur liberté contre des promesses de terre et de salaires élevés à l'issue du contrat d'engagement. Tout individu, homme ou femme, arrivant dans une colonie aux frais d'un autre, devait le servir pendant 3 ans. Le maÏtre n'a pas seulement le droit de fixer les services de l'engagé, il peut le vendre à qui bon lui semble.

L'engagé ne peut s'éloigner de l'habitation de son maître sans autorisation: tout départ non autorisé est considéré comme du marronnage et puni par le fouet et son temps d'engagement est prolongé. Pour se marier, il doit avoir le consentement de son maître. C'est bien une forme d'esclavage temporaire. A la fin de l'engagement, l'engagé reçoit le paiement du voyage de retour en France. Certains repartent mais pour aller chercher des engagés pour leur compte. Donc, au début, l'économie de la plantation fut originellement fondée sur la servitude blanche, les Amérindiens ne faisant pas de " bons esclaves ". Les conditions de vie sont difficiles, il y a eu des débuts de révolte.

En 1666, un engagé "valait" 30 écus. Les maîtres étaient féroces, selon plusieurs témoignages (Père DUTERTRE). Selon lui la dureté des colons avec laquelle ils traitent les Français engagés qu'ils ont achetés pour les servir, est la seule chose qui me parait fâcheuse, car ils les font travailler avec excès, ils les nourissent très mal et les maltraitent physiquement".

Cette pratique de " l'engagement " va durer pendant la culture du tabac qui demande peu de main-d'œuvre. En 1654, 80 % de la population de la Guadeloupe est d'origine européenne et les 2/3 des serviteurs le sont. Les dernières arrivées d'engagés se situent vers 1701. Il est probable que nombre d'ancêtres des békés ont du commencer comme celà.

Serge Ripiticci in Club Corsica

Déportation d’Haitiens en Corse

C'est un projet qui prend naissance à Paris, dans l'esprit des Consuls dès 1799: la reconquête des Antilles est décidé, confiée par Napoléon à son beau-frère, Leclerc. L'expédition part de France fin 1801 avec 30 navires et 11,000 hommes de troupes. Malgré la répressio féroce, les déportations (Louverture entre autre meurt en 1803 au fort de Joux (Jura), l'ordre colonial ne peut être rétabli.

De plus la fièvre jaune fait des ravages (Leclerc en meurt). Le décret impérial du 24 Mai 1802 rétablit l'esclavage et un arrêté du 24 juillet prévoit l'envoi aux travaux forcés des hommes de couleur déportés de St Domingue et de la Guadeloupe. A cette date, il y aurait 1500 Noirs au bagne de Brest. Dès le 20 Septembre1802, la corvette La Nayade, part de Brest pour Toulon, puis Ajaccio avec 49 prisonniers, maintenus aux fers. Dès le 25 septembre, les autorités maritimes de Toulon demandent à leurs correspondants en Corse tous renseignements utiles à l'aménagement du bagne d'Ajaccio, pour porter la capacité de celui-ci à 550 détenus. Le bagne d'Ajaccio sera à la charge de la Marine.

Le 7 Novembre 1802, arrivée de l'Aviso l'Osiris avec 60 déportés et le rapatriement de 300 forçats de l'ile d'Elbe. Le 23 novembre, le préfet de Toulon annonce l'arrivée prochaine de 800 déportés, ainsi que de 200 de Toulouse pour être envoyés à St Florent pour "y être employés aux travaux les plus utiles. Seule les nègres malfaiteurs iront au bagne d'Ajaccio dès leur arrivée de Brest. L'arrêté des Consuls organisant la déportation antillaise en Corse est du 4 Décembre 1800 et compte 20 articles tès minutieux (je les ai sous les yeux) dont le 17: Tout propriétaire du pays, d'une moralité reconnue, pourra s'adresser au général commandant pour obtenir et prendre à son service un ou plusieurs hommes de couleur. Il sera tenu de le nourrir, de le vêtir et de lui donner un salaire égal à celui qu'il gagnerait s'il était employé dans les ateliers. Il ne sera pas permis de le garder moins de 3 mois.

Le 18: Les hommes de couleur pourront se marier avec la permission du général commandant, lequel ne l'accordera qu'après s'être assuré que le produit de leur travail les met en état de faire vivre une femme et des enfants.

Les salaires: chaque forçat reçoit 25 centimes par jour alors que le salaire moyen est sous l'Empire de 1,20 F à 2F. Il s'agit de mettre en oeuvre, à bas coût, la mise en valeur de la Corse.

D'après les listes et les actes de décès, il est permis avec certitude de dire que 183 Guadeloupéens et 239 Haîtiens sont arrivés en Corse. Mais il y a probablement des erreurs.

Les premiers déportés sont logés à l'eglise des Capucins à Ajaccio, en ruine.Les hommes sont divisés en 2 classe : la première, celle qu'on désigne sous le nom de détenus au bagne, est détenue aux Capucins, sont presque nus parce qu'on ne savait pas quelle administration devait les habiler, couchent par terre dans cette église malsaine: on les emploie aux travaux de la route entre la caserne d'ajaccio et Ste Lucie et on leur accorde 30 centimes par jour.

La 2° classe comprend ceux qu'on désigne sous le nom de déportés (230 hommes) sont employés à Bocognano où ils travaillent à la route. D'après l'ingénieur, le résultat est médiocre.

Le flot de déportés se tarit dès la fin de 1803.

La mortalité est très forte, la plupart mourant à l'hôpital militaire d'Ajaccio ou sur les chantiers, et à l'hôpital de Vico.

12 déportés s'évadent vers la Sardaigne.

Aucune source ne permet véritablement de savoir ce qu'il est advenu des quelques Antillais déportés survivants du bagne initial: le dernier décès noté est du 19 Octobre 1816. D'après certaines sources, certains ont fini dans l'île sans qu'on sache trop où. Dès la Restauration, leur passage sera totalement oublié alors même que l'exploitation des bois de mâture, permise par la route d'Ajaccio à Vizzavona qu'ils avaient construite, s'amplifie.

Noms des navires ayant servi à transporter des déportés vers différents lieux : Le Foudroyant, Le Conquérant, L'Aigle, L'Union, Le Tourville, L'Argonaute, Le Héros, La Précieuse, Le Mont-Blanc, Le Jean Bart, Le Rhinocéros, La Comète, La Libre, La Furieuse, La Cigogne, La Marie, La Vertu, La Nourrice, Le Mohawk, L'Intrépide, Le Dugay-Trouin, La Bayonnaise, L'Annibal, Le Duquesne, La Malicieuse, Le Swift-Shure, La Nathalie, Le Muiron.

Serge Ripiticci in Club Corsica

Napoléon veut rétablir l’esclavage

Bonaparte avait d'abord admis que LOUVERTURE faisait en partie ce que lui faisait en France. Puis, il se ravise. L'expédition commandée par LECLERC, son beau-frère, est décidée sous de faux prétextes, car la colonie, sous la direction de LOUVERTURE, connait toujours la prospérité (confirmée par LECLERC). C'est la victoire du parti colonial " Il fut décidé qu'après la conquête, on maintiendrait l'esclavage conformément aux lois et règlements antérieurs à 1789".

Le plan de déportation visait les chefs (en Guyane), les colons qui avaient pactisé avec les indigènes, les constituants (députés de la Convention), les femmes blanches qui avaient eu des rapports avec les noirs.

Il est très difficile de retrouver des noms de famille, suite à la double invasion espagnole et anglaise (que LOUVERTURE va vaincre tour à tour).On retrouve les déportations en Corse, à l'ile d'Elbe (15 personnes)

Notes de Bonaparte: Alors le moment d'assurer pour jamais la colonie à la France est arrivée. Et le même jour, faire arrêter tous les hommes en place suspects, de quelque couleur qu'ils soient et faire embarquer tous les généraux noirs en observant de les faire passer dans leurs grades avec l'assurance qu'ils soient bien traités en France. Tous les Blancs qui ont servi sous Toussaint seront envoyés directement en Guyane.Tous les Noirs qui se sont bien comportés mais que leurs grades ne permettent pas de laisser dans l'île seront envoyés à Brest.

Tous les Noirs ou Hommes de couleur qui se sont mal comportés de quelque grade qu'ils soient seront envoyés en méditerranée et déposés dans un port de l'ile de Corse. Les femmes blanches qui se sont prostituées aux noirs seront envoyées en Europe. "Il semblerait que ce soit 275 déportés antillais arrivant en Corse, dont 24 à Bastia sur le " Muiron"qui ira finalement à l'ile d'Elbe (avec des noms), 17 prisonniers à Cayenne (avec les noms), 200 à Brest (avec certains noms); Cadix avec 100 personnes (quelques noms), Rochefort, 80 pêrsonnes, Toulon, 69 personnes.

Les premiers déportés arrivent en Corse vers août 1802. "Il était permis à tout propriétaire du pays d'une moralité reconnue de s'adresser au général commandant pour obtenir de prendre à son service un ou plusieurs hommes de couleur (pas plus de 10).

Déportés en Corse: 201 le 27 Octobre 1802, envoyés à Bocagnano, Vivario et Venaco (28 morts dès leur arrivée et 60 à l'hôpital d'Ajaccio) (un certain nombre de noms, dont un certain nombre d'officiers qui, avaient conquis les grades dans les combats contre les Anglais).

53 envoyés au bagne d'Ajaccio (il me semble que c'est dans un ancien couvent, en ruine) puis effectif porté à 90 (un certain nombre de noms).

Au total 324 hommes de couleur. Le 24 Septembre 1803 : 47 étaient morts.Il en restait 257 dont 188 aux travaux des routes et 69 au bagne. Le 19 Juin 1804 : 217 dont 151 aux travaux publics. 21 embauchés par la Sardaigne? Le bagne semble avoir été l'eglise des Jésuites, puis le covent des Capucines. 136 en 1807.

En 1808, 134 hommes de couleur à Ajaccio et 6 à Bastia. Un mariage ADONIS Augustin et DARGOUSSIER Marie (lui est décédé à Ajaccio le 12 Avril 1829, âgé de 63 ans).

Cette opération militaire à St Domingue est indissociable du dessein de Bonaparte vis à vis de l'Amérique française: cela a été l'échec et la Louisiane a été vendue pour environ 400 millions d'euros. Nombre de réfugiés, suite aux troubles de St Domingue, vont aller en Louisiane, avec leurs esclaves, et créer une aristocratie de souche française, mal vue, au début, par les colons américains (les WASP). La guerre de Sécession va réaliser une certaine union entre les 2 communautés.

Serge Ripiticci in Club Corsica

Notes pour servir aux instructions à donner au capitaine général Leclerc

9 Brumaire an 10

Les instructions à donner au capitaine général Leclerc se divisent :
1) En instructions militaires
2) Instructions politiques extérieures relatives aux amériques et aux puissances voisines
3) Instructions politiques intérieures relatives aux noirs et à leur chef
4) Politique intérieure relative à la ci-devant partie espagnole de St Domingue
5) Administration relative aux anciens propriétaires
6) Administration relative aux agents civils, militaires. Instruction publique, clergé, communes

Il n'y a que le 3 qui est développé :

" Jamais la nation française ne donnera des fers à des hommes qu'elle a reconnu libres, ainsi donc tous les noirs vivront à St Domingue comme ils sont à la Guadeloupe.Pour que l'on puisse entériner le but que le gouvernement se propose, il faut diviser en trois époques les opérations.

La première est celle où l'on négocie avec Toussaint en prenant des places fortes. On suppose que la durée doit être de 10 à 20 jours.

La deuxième époque serait celle des grandes hostilités. Sa durée dépend des évènements.

La troisième, lorsque Toussaint, Moyse et Dessaline ne resteront plus dans la colonie, soit par le résultat des négociations, soit par la force. Sa durée ne doit pas excéder 1 mois.A la première époque, on ne désarmera que les noirs qui sont rebelles, à la troisième, on les désarmera tous.

A la première époque, on ne sera pas exigeant. On traitera avec Toussaint, on lui promettra tout ce qu'il pourra demander, afin de prendre possession des places et s'introduire dans le pays. Lorsque ce premier but sera rempli, on deviendra plus exigeant, on lui intimera l'ordre de répondre cathégoriquement à la proclamation et à ma lettre. On lui enjoindra de venir au Cap.

Dans les entrevues que l'on pourra avoir avec Moyse, Dessaline et les autres généraux de Toussaint, on les traitera bien.Gagner, Christophe, Clavivaux, Maurepas, Félix, Romain, Jasmin et à tous les autres noirs et porte-paroles blancs : à la première époque, les confirmer dans leur grade s'ils ont bien servi dans la seconde.

Tous les principaux agents de Toussaint, blancs et hommes de couleur doivent à la première époque être indistinctement comblés de prévenance, confirmés dans leur grede et à la dernière époque, revoyer tous en France dans leur grade s'ils se sont bien comportés dans la seconde époque et déportés, s'ils se sont mal conduits.Tous les noirs qui sont en place doivent pendant la première époque être bien traités, mais en général, on doit tacher de leur ôter leur popularité et leur pouvoir.

Toussaint, Moyse et Dessalines doivent être bien traités pendant la première époque et renvoyés en France à la dernière en arrestation ou dans leur grade selon la conduite qu'ils tiendront à la seconde.

Raymond a perdu la confiance du gouvernement: on le saisira et on l'enverra en France au commencement de la seconde époque comme un criminel.

Toussaint ne sera soumis que lorsqu'il viendra au Cap ou au Port-au-Prince au milieu de l'armée française, faire serment de fidélité à la République. Ce jour là, il faut sans esclandre, sans injure, mais avec honneur et considération le mettre à bord d'une frégate et l'envoyer en France, arrêter en même temps Moyse et Dessalines et alors envoyer en France tous les blancs partisans de Toussaint, tous les noirs ayant des places et suspectés de malveillance, déclarer Moyse et Dessaline traîtres à la Patriz et ennemis du peuple français, mettre des troupes en campagne et ne pas leurs donner de repos qu'on ait dissipé er désarmé tous leurs partisans.

Si passé les 15 ou 20 premiers jours, il est impossible de ramener Toussaint, il faut par une proclamation déclarer que si sous tant de jours, il ne vient pas prêter serment à la République, il est déclaré traître à la Patrie et à l'expiration d'un délai, commencera la guerre à outrance. Quelques milliers de noirs errants dans les mornes et cherchant refuge ne doivent pas empêcher le capitaine général de regarder la deuxième époque comme finie et d'arriver promptement à la troisième. Alors le moment d'assurer pour jamais la colonie à la France est arrivée et le même jour, on doit sur tous les points de la colonie faire arrêter tous les hommes en place de quelque couleur qu'ils soient et faire embarquer au même instant tous les généraux noirs, quelque soient leurs moeurs, leur patriotisme et les services qu'ils ont rendus en observant cependant de les faire passer dans leur grade et qu'ils soient bien traités en France.

Tous les blancs qui ont servi sous Toussaint et qui dans les scènes de St Domingue se sont couverts de crimes seront envoyés directement en Guyane.Tous les noirs qui se sont bien comportés mais que leur grade ne permet plus de laisser dans l'isle seront envoyés à Brest.

Tous les noirs ou hommes de couleur qui se sont mal comportés de quelque grade qu'ils soient seront envoyés dans la Méditérannée et déposés dans un port de l'isle de Corse.Si Toussaint, Dessaline ou Moyse étaient pris les armes à la main, ils seront dans les 24 h. jugés par une commission militaire et fusillés comme rebelles.

Quelque chose qu'il arrive, on croit que dans le cours de la 3° époque, on doit désarmer tous les nègres de quelque parti qu'ils soient et les remettre à la culture. Tous les individus qui ont signé la Constitution doivent être envoyés en France.Les femmes blanches qui se sont prostituées, quelque soit leur rang, seront envoyées en Europe.

L'île de la Tortue pourra servir de dépôt pour les prisonniers noirs, quelques vaisseaux de guerre ou frégates pourront également servir pour le même objet."

Serge Ripiticci in Club Corsica