La commission spéciale d'enquête sur l'affaire Bellizaire a soumis hier son rapport au président du Sénat, Roudolph Joazile. Les conclusions du rapport n'ont pas été communiquées aux medias mais elles devraient maintenir l'interpellation du ministre de la justice, Josué Pierre Louis, et du secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, Michel Brunache.

Le président du Sénat confirme que la séance d'interpellation est maintenue pour ce mardi 22 novembre 2011. Avant cette séance, les pères conscrits devront statuer sur le rapport de la commission spéciale.

Le président de cette commission, William Jeanty, affirme que des recommandations d'ordre générales et spécifiques sont formulées dans le rapport. Selon M. Jeanty les membres du gouvernement y compris le Premier Ministre, Gary Conille, sont responsables de l'incarcération du député Arnel Bellizaire. Rappelant qu'un tiers des forces de l'ordre y compris les unités spéciales avaient été mobilisées pour l'arrestation, le sénateur Jeanty assure que le chef du Parquet ne pourrait seul réaliser pareil démonstration. Interrogé sur une éventuelle démission de certains ministres, le sénateur Jeanty croit qu'il s'agirait d'un trompe œil pour empêcher que le dossier soit traité en profondeur.

La démission avait été évoquée par certains sénateurs et députés en vue de rétablir l'harmonie entre l'exécutif et le législatif. Le sénateur Kelly Bastien avait la semaine dernière révélé qu'il avait pris part à plusieurs rencontres avec des responsables de l'exécutif autour de ce sujet. L'ex président du Sénat avait déploré le revirement de plusieurs sénateurs signataires de la lettre d'interpellation du ministre de la justice.

LLM / radio Métropole Haïti