Différencier le bien du mal

 

« Nous savons du reste que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon Son dessein. »

Romains 8: 28

 

        A.T. Pierson a dit : « Le plan de Dieu englobe absolument tout.  Toutes choses concourent au bien – TOUT !  Même les épreuves contre lesquelles nous murmurons.  Les tempêtes qui menacent de déraciner les arbres contribuent en fait à les enraciner plus fermement et plus profondément dans le sol.  Les coups qui nous font penser que la fonte pourrait s’effriter ont plutôt tendance à accroître la force et la résistance de cet alliage.  Le repos forcé du deuil et de la douleur, de la maladie et de la déception, John Ruskin le compare au soupir d’une composition musicale ;  ce n’est pas la fin d’un air, mais une pause dans la mélodie de notre vie, durant laquelle le Musicien Divin bat la mesure de façon invariable, saisissant la note suivante comme s’il n’y avait pas eu d’arrêt entre-temps. »

 

« Souvent Dieu fait en sorte qu’une difficulté nous mène

 au bon endroit. »

 

Pensée : « Quand on aime le Seigneur, on peut rendre grâces parce que l’on sait que même les choses pénibles concourent à notre bien. » RWP

 

« Soyez toujours joyeux.

Priez sans cesse.

En toute circonstance, rendez grâces ;  car telle est à votre égard la volonté de Dieu en Christ-Jésus. »

I Thessaloniciens 5 v 16 –18.

 

Méditation tirée de l’Edition Annuelle de

« Notre Pain Quotidien » Vol. 7 à la date du 17 février 1999.

 

Reproduit par Sr Nicole E. CONSTANT, ce 17 février 2009