Un hommage à Haïti - l'île magique

Sans aucun doute, Haïti a joué un rôle important dans l'histoire de Miss Univers, concours qui débuta aux Etats-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Dans la soirée du 14 Juillet 1962, l'île d'Haïti a commencé à se faire un nom dans la presse mondiale lorsque la candidate haitienne Evelyn Miot a causé la sensation en devenant la première fille noire a arriver aux demi-finales de l'élection de Miss Univers - le concours de beauté le plus prestigieux du monde. Haiti se qualifia pour le deuxième tour.

Evelyn MiotEn plus d'être l'une des 15 demi-finalistes, Evelyn fut l’une des jeunes participantes les plus populaires, du début jusqu’ à la fin de l'événement. Lors de son passage aux Etats-Unis d’Amérique, dans des interviews accordés a la presse, elle a expliqué pourquoi le « Twist », danse à la mode à cette époque, était si populaire en Haiti : «Les Haïtiens préfèrent le Vrai Twist qui est une danse qui fait perdre du poids ».

Outre tout cela, Miss Haïti 1962 a été aussi l'une des premieres délégués des Caraïbes à participer au deuxième tour. Cette réalisation a été six ans plus tard réediter par la Curaçaolaise Anne Marie Braafheid qui disait prendre Evelyn comme modèle.

Pendant les décennies qui suivirent, de nombreuses représentantes noires ont eu l'occasion de participer à la manifestation universelle, dont cinq déléguées américaines à partir de 1990 jusqu'à la fin des années 2010 (Carole Gist, Kenya Moore, Chelsi Smith, Shauntay Hinton et Crystle Stewart). En 1986, le Brésil envoya une candidate afro-brésilienne au concours Miss Univers à Panama City. Au début de 2009, Chloé Mortaud est devenue la deuxième femme noire à être élue Miss France au 21e siècle. Il y a dix ans, Caroline Lucbel Indriago Pinto, une jeune fille afro-vénézuélienne, a participé au concours Miss Univers. En plus, Halle Berry, maintenant l'une des célébrités les plus connus d'Hollywood, a été 1ère dauphine de Miss Univers 1986 aux États-Unis.

Gerthie David, une pionnière

Après la qualification d'Haïti au début des années 1960, le pays n'a pas participé à nouveau jusqu'en 1968. En Juillet de cette année, Haiti a commencé avec un resultat peu prometteur ne depassant pas le premier tour quand Claudia Paquin fut éliminé par le jury international. Dans la décennie suivante, Haiti n’envoya que deux participantes au concours.

Vers le milieu des années 70, Haïti réintégra la compétition mondiale avec des promesses d'améliorer sa participation. Au cours de Miss Univers 1975 tenu en Amérique centrale, un événement sans précédant eut lieu en présence du chef d’Etat du Salvador Arturo Molina Armando, quand Miss Haïti, Gerthie David, maintint une avance pendant tout le chemin vers la finale. Elle arriva en deuxième place, derrière Anne Marie Pohtamo de la Finlande, devenant ainsi la deuxième femme noire à accéder à la finale depuis sa création en 1952. Depuis, elle a écrit l’une des plus belles histoires de Miss Univers.

A la mi-1975, San Salvador, El Salvador, a accueilli la 24ème Miss Univers. La compétition a débuté avec des histoires intéressantes. De tous les 71 participants, seulement quatre étaient des Noirs: Bermudes (Donne Louise Wright), Haïti (Gerthie David), Libéria (Aurelia Sancho) et les îles Vierges américaines (Julia Florencia Wallace). Alors que Miss Israël, un soldat devenu reine de beauté, donnait des leçons de "Disco", Miss Haïti utilisait son temps à San Salvador pour promouvoir son pays, qui abrite de nombreuses richesses et traditions.

Depuis le début de la compétition internationale, les Etats-Unis, la Bolivie, El Salvador et la Colombie ont été les favoris pré-concours pour gagner la couronne universelle, à ce moment un concours historiquement dominé par les États et les pays scandinaves. Sur les vingt-trois manifestations organisées de 1952 à 1974, les Etats-Unis ont gagné quatre prix -1954, 1956, 1960 et 1967.

Cependant, Miss David d'Haïti ne se sentait nullement intimidés par ces "grands noms". À bien des égards, pendant le concours Miss Univers 1975, Haïti avait gagné l'admiration du jury international, composé de 11 personnalités de renommée mondiale - comme aucun autre délégué noire depuis des années. La retransmission en direct, qui a eu lieu au gymnase national de San Salvador, a été marquée par des juges internationaux de grande envergure en comparaison à d'autres événements du passé. Il comprenait Leon Uris et Sarah Vaughan-le seul juge noir à El Salvador - ainsi que Jean-Claude Killy médaillé d'or aux jeux olympiques, Uris, auteur de l'Amérique qui connut la gloire en 1958 quand il a écrit "Exodus", et Vaughan qui a été dénommé "l'une des voix les plus merveilleuses du 20ème siècle" par Scott Yanow, un commentateur américain de jazz.

En devenant l'une des 12 semi-finalistes, Miss David, la seule semi-finaliste noire eut l'une des meilleures entrevues avec Bob Baker, l'hôte légendaire de la télédiffusion universelle. C'était la deuxième fois que la République d’Haiti obtenait une qualification pour le deuxième tour. A El Salvador, Miss Haiti parlait couramment l'anglais, langue officielle du concours de Miss Univers, à une époque où toutes les concurentes de l'Amérique latine et les déléguées asiatiques ne pouvaient le faire.

Au deuxième tour, elle battit des reines de beauté aussi remarquables que Carmen Elena Figueroa, la déléguée locale, ainsi que Miss Colombie et Miss Angleterre. C’était un moment de fierté lorsque Miss Haïti 1975 survécut au second tour pour ensuite se qualifier pour la finale. En finale, elle perdit face à Anne Marie Pohtamo de la Finlande, qui ressemblait beaucoup à la princesse Grace de Monaco. Ainsi, Gerthie quitta le Gymnase national sous une ovation à tout rompre.

L'impact de Mlle David dans le concours de Miss Univers a été immédiate : elle a ouvert la voie pour que la premiere noire dans son histoire, Janelle Commissiong de Trinidad et Tobago, soit nommé par un jury international, composé entre autre du grand couturier Oscar de la Renta de la République dominicaine. Dix-huit ans plus tard, Chelsi Smith, Miss Etats-Unis 1995, réalisa à son tour la performance de Commissiong à Windhoek, capitale de la Namibie.

1975 - Un âge d'or

En 1975, les pays des Caraïbes ont également eu une performance remarquable à Miss Monde dans le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, qui réunissait les pays les plus prospères du monde, devançant les Etats-Unis, le Venezuela, la Finlande et Puerto Rico. À tous égards, il s'agissait d'un accomplissement phénoménal.

Dans l'émission de télévision britannique, en Novembre de cette année, la tentative de l’haitienne Joelle Apollon ne lui a pas permis de remporter le titre universel, mais elle a terminé sixième. Elle est ainsi devenue l'une des premières femmes noires à faire les demi-finales puisque l'événement qui avait été lancé en 1951 au Royaume-Uni, à Londres, Mlle Apollon était la première et la seule haïtienne à prendre part à ce concours prestigieux.

Malgré son succès dans le milieu des années 70, Haïti refusa d'envoyer une déléguée à Miss Univers 1976 qui se tenait dans la ville de Victoria, à Hong Kong (Extrême-Orient). Ainsi, elle a été la grande absente de Miss Univers. Apparemment, en raison de sa pauvreté et des problèmes politiques, elle ne pouvait pas envoyer sa représentante à Londres, siège de l'Organisation Miss Monde.

Rosalynn Carter et Miss Haïti

Faymi Hakime

Après la participation d'Haïti en Amérique centrale, Françoise Elie a été nommée Miss Haïti, elle devint la quatrième reine de beauté du pays depuis 1962. Mais ce n'est pas tout. Pour marquer le 25e anniversaire de Miss Univers, la république d’Haiti envoya Mlle Elie à Saint-Domingue, en République dominicaine, en Juillet 1977, malgré les performances obtenues tout au long des années 70, les juges internationaux ont éliminé Mlle Elie de la demi-finale après qu’elle ait dit au cours de son entrevue, que "pour moi Rosalynn Carter, Première Dame des Etats-Unis, est la personne la plus importante du monde". (Le jury n’a pas été à la hauteur pour comprendre son sens de l’humour raffiné. En effet, quel est l’homme le plus puissant du monde, si ce n’est le président des Etats-Unis ? Quel est son chef ? Son épouse, bien sûr.)

Après avoir perdu en République dominicaine, la nation haitienne ne retourna à la compétition que dans les années 1980. A cette occasion, toutefois, Miss Haïti 1989, Glaphyra Jean-Louis, ne réussi pas à se qualifier pour la 38e Miss Univers à Cancun, l'une des plus belles plages du monde.

Sofia GuillodLors de ces différents événements les Haïtiennes ont montré leurs talents. À la fin des années 70 et au début des années 80, Haiti obtint une poignée de réussites. Au cours du 180e anniversaire de l'indépendance d'Haïti, Sofia Guillod, qui travaillait dans le service diplomatique haïtien, donna à son pays son premier cadeaux: elle obtint à Las Palmas, Iles Canaries (Espagne) le titre 1984 de Miss Maja International, la première fois qu’une Haïtienne triomphait. Un an avant, cependant, le 5 Décembre 1983, Rachelle Scott, déléguée du pays attirait l'attention en se classant deuxième au concours de la Maja 1983. L'événement a été suivi par le president Jean-Claude Duvalier, et sa femme Michelle Bennett, l’une des plus belles Premières Dames du monde du 20e siècle. Haïti, bien sûr, a eu d'autres informations d'identification intéressantes. Au cours du concours de Miss Ambar 1978, qui s'est tenue à Santo Domingo (RD), Faymi Hakime est parvenue en demi-finales. Auparavant, en 1977, Yolène Lominy avait terminé deuxième.

Au cours des décennies suivantes, à Atlantic City (NJ), l’américaine d'origine haïtienne Marjorie Vincent a été couronnée Miss America 1991.

Le retour de Miss Haïti

Après le tremblement de terre, Haïti, a une nouvelle Miss Univers Haïti pour la première fois depuis la fin de la guerre froide.

Sarodj Durocher BertinLe 16 mai 2010, contre toute attente, la Miss Universe Pageant Haïti -le concours de beauté le plus important sur l'île depuis 1983 - a eu lieu à Port-au-Prince, une ville qui avait été dévastée par l'un des pires tremblements de terre de l'histoire moderne du monde. Au cours de cet événement, Sarodj Durocher Bertin, une étudiante en droit de 24 ans, est devenue la reine de beauté élue d'Haïti pour participer à Miss Univers 2010 après une absence de 21 ans.

A la presse internationale Mlle Bertin dit: «C'est le meilleur moyen pour moi de montrer au monde, à part la souffrance et la pauvreté, nous avons aussi de belles choses en Haiti, comme la beauté".

Depuis Janvier 2010, Haiti est confrontée aux pires crises humanitaires et les plus graves du monde. Cependant elle ne devrait pas être définie uniquement comme un pays gangrené par la pauvreté, les coups d’etat, les régimes autoritaires, le sida et la violence. Au cours des cinq dernières décennies, l'accent n'a pas été beaucoup mis sur sa culture, ses traditions, ses gens, son sport, mais plutot sur ses problèmes sociaux. Haïti a besoin d'une occasion de montrer un nouveau visage au monde.

Alejandro Guevara Onofre: Pigiste. Alejandro est l'auteur d'une foule d'articles / essais sur plus de 220 pays et ses dépendances (États américains aussi), sur l'écologie, l'histoire, le tourisme et les héros nationaux des sports olympiques, les relations extérieures et sur la faune. En outre, il a publié quelques livres sur les droits des femmes, parmi lesquelles «Histoire de la femme en Amérique» et «Famous Américans".