Controversée au départ la décision du président haïtien Michel Martelly d'organiser le Carnaval dans une ville de province pourrait devenir une tradition.

C'était bien, commente Theodore Beaubrun Junior dit Lòlò estimant qu'il s'agit d'un pas vers la décentralisation. Le lead vocal de Boukman eksperians se réjouit que pour la première fois la sonorisation a été plus ou moins d'un niveau standard.
Martelly a participé activement à ses premières festivités carnavalesques entant que chef d'Etat. Il s'est retrouvé à plusieurs reprises sur le parcours oubliant pendant les 3 jours les tensions et crises de la vie politique.

Autant la ville des Cayes était festive et joyeuse autant la situation était morose à Port-au-Prince. Orpheline de son carnaval nationale, Port-au-Prince devrait accueillir un carnaval des fleurs en juillet 2012.

L'administration Martelly devrait maintenir le cap sur le Carnaval dans les villes de province en 2013. Pour la prochaine édition plusieurs options sont à l'étude. Le choix d'une ville offrant un meilleur cahier de charge est une option importante alors que l'organisation de festivités carnavalesques simultanées dans les 5 principales villes est également à l'étude.

En marge du Carnaval, le président Martelly a refusé la démission du délégué départemental du Sud, Gabriel Fortuné. Il n'a pas été choisi sur la base de l'amitié a insisté le chef d'Etat qui dit compter sur l'aide de l'ex sénateur pour développer la région du sud.

LLM / radio Métropole Haïti