Un rapport GEO (PNUE) présente sept régions qui sont très touchées par les effets du changement climatique. En Afrique par exemple, la dégradation de la terre et la désertification constituent des menaces. La production alimentaire par habitant a baissé de 12% depuis 1981. Des subventions agricoles injustes dans les régions développées continuent à freiner l'augmentation du rendement des cultures. Les priorités pour l'Asie et le Pacifique incluent la qualité de l'air urbain, le problème de l'eau douce, la dégradation des écosystèmes, l'utilisation de la terre agricole et la hausse des déchets. L'approvisionnement en eau potable a remarquablement progressé au cours de la dernière décennie, mais le trafic illégal de déchets électroniques et dangereux est un nouveau défi. La hausse des revenus en Europe et le nombre croissant de foyers entraînent une production et une consommation non durables, une consommation d'énergie plus élevée, une mauvaise qualité d'air urbain et des problèmes de transport. Les autres priorités de la région sont la perte de biodiversité, les changements d'utilisation de la terre et les problèmes d'eau douce.

Les priorités pour l'Amérique latine et les Caraïbes sont la croissance urbaine, les menaces pour la biodiversité, les dégâts côtiers, la pollution marine et la vulnérabilité au changement climatique. Mais les zones protégées couvrent désormais environ 12% de la terre, et les taux de déforestation annuelle dans l'Amazone diminuent. L'Amérique du Nord a du mal à gérer le changement climatique auquel la consommation d'énergie, l'extension urbaine anarchique et les problèmes d'eau douce sont tous liés. Les gains en matière d'efficience énergétique ont été compensés par l'utilisation de véhicules plus grands, des normes peu restrictives en matière d'économies de carburant et une augmentation de la quantité de voitures et des distances parcourues.

Pour l'Asie de l'Ouest, les priorités sont les problèmes d'eau douce, la dégradation de la terre, des côtes et des écosystèmes marins, la gestion urbaine et la paix et la sécurité. Les maladies hydriques et le partage des ressources d'eau internationales sont également sources de problèmes. Les régions polaires ressentent déjà l'impact du changement climatique. La sécurité alimentaire et la santé des peuples indigènes sont menacées par la hausse du mercure et les polluants organiques persistants dans l'environnement. Il faudra sans doute un demi-siècle supplémentaire pour que la couche d'ozone se reconstitue.
Jackson Joseph