Depuis la genèse de ce monde, le souverain créateur a tracé le plan de l’environnement .Il a établit les normes d’exploitation et a montré au pionnier comment en faire bon usage, comment tenir en haleine ce sain milieu.

          Le flambeau d’Adan  était régit par un ensemble de principe que  nous avons tendance à ignorer et qui sont d’une importance capitale. Dans les règlements étant dit cela : « vous avez droit à tout ce qui se trouve dans ce champs, vous pouvez les toucher, les frapper, les manger comme vous voulez, car je vous ai établit dominateur sur toutes les espèces terrestres, mais pour ce qui est de cet arbre situé au centre du jardin vous devez vous en abstenir. »

          Eh bien ! Mes chers collègues, élèves, professeurs, hommes d’états, habitants de ce pays, protégés de cet environnement, voici l’unique cause de la dégradation des écosystèmes : C’est l’incapacité de l’humain  de reste sans violer les principes de la nature, de marcher selon les prescrits de celui qui les a établit maitre des autres créatures. Des analyses approfondies sur cette question nous aideront surement non seulement  découvrir le mystère de cette  citation mais aussi a l’appliquer pour assainir  l’environnement  afin qu’il nous soit habitable.

 

Pourquoi l’environnement

          L’homme par son désir de dompter toutes choses, classe les animaux en sédentaires et en nomades selon son gré d’observation. Cependant a bien réfléchir sur cette question, vous allez constater que naturellement les animaux et les humains sont tous nomades. Ceux qu’on qualifie de nomades le sont  pour la science,  par leurs fréquents  déplacements d’un lieu à un autre, mais on ne s’est jamais questionné pourquoi. Ils se migrent pourtant pour trouver de meilleurs endroits, pour de plus bonnes conditions de vie. Ces endroits sont toujours bien sécurisés  et ce pour se protéger, nous autres humains ne faisons pas comme eux : pourtant, instantanément nous pensons au renouveau de notre maison, à notre avenir, pour  essayer d’y apporter des améliorations : comment changer sa structure pour une meilleur allure, c’est comme un voyage ou un déplacement fréquent vers l’esthétique, d’où notre point commun.

          Maintenant, si ces fréquents déplacements ne sont que pour améliorer leur vie, il faut rapidement comprendre que l’environnement est pour eux un facteur de vie très important, ils nous montrent par ailleurs que la vie est difficile et même impossible dans un endroit non protégé et cet endroit mentionné n’est autre que l’environnement. Les abeilles en sont un très bon exemple, car pour perpétuer leurs espèces, ils  sont toujours en mobilité et parfois l’homme conscient de cette situation fabrique des matériels de structure analogue à ceux qu’ils nécessitent  pour les attirer et profiter de leur miel. Donc, si vous saviez comment nettoyer la maison d’un voisin, pourquoi la votre est-elle si cochonne ? Eh bien !  Il est important de se tourner les regards vers ce magnifique habitat que nous offre Dieu et d’œuvrer pour y assurer notre bien être. « On ne peut vivre sans un lieu où se reposer, mais,  se trouver dans un endroit malsain, c’est comme en enfer.» Donc, le milieu  doit-être l’objet  d’un recyclage soutenu et régulier pour qu’on y soit à l’aise.

 

C’est quoi l’environnement ?

D’une façon générale, on dit que l’environnement est tout ce qui nous entoure et ce tant pour les humains que pour les autres êtres. Pour être plus clair, on peut dire que pour la plante, l’homme fait partie de son environnement ainsi que les autres éléments qui la côtoie. Cette dernière a l’obligation de protéger les éléments qui l’environnent si réellement elle veut survivre, car la loi de la nature est ainsi faite : « Pour survivre, il faut aider les autres à vivre. » L’exemple est clair, les végétaux constituent la base des principales chaines alimentaires et contribuent au quotidien des autres êtres  dont les humains auxquels  ils fournissent les substances nutritives, de l’oxygène etc. Donc rapidement on peut en tirer cette définition : « L’environnement c’est tout ce qui participe à notre survie quotidienne d’une façon directe ou indirecte, qui se trouve au même endroit que nous et auquel nous devons protection. » En dehors de cette définition, il faut mentionner que l’environnement est celui qui, une fois mal géré par ses hébergés constituera un poison violent qui les détruira.

 A ne pas oublier : « l’environnement est la maison d’entraides perpétuelles. »

 

Comment est notre environnement ? Et quelle en est la cause ?

Au tout début de cet écrit, nous avons vu ensemble que Dieu  a tout mis en place pour nous donner un environnement sain, pleinement habitable et a posé le principe de comment gérer. Ce comment gérer mal appliqué pour éviter de dire non appliqué est la cause fondamentale de la dégradation des écosystèmes y compris le notre.

Du monde entier, cette question est très soulevée et se révèle comme une véritable préoccupation. Conscient de cette dérive, les grands pays du monde se sont réunis au Brésil pour poser les principaux problèmes et essayer d’en apporter des solutions, malheureusement jusqu’à date l’environnement confronte à de sérieux problèmes qui portent les scientistes à parler même de pollution, de destruction de la couche d’ozone etc. C’était pour vous attirer l’attention sur la vision de l’internationale sur la question. Donc puisqu’on doit commencer par le commencement, parlons d’Haïti, regardons comment on procède.

D’abord, il faut que je vous explique pourquoi Dieu a-t-il interdit  de toucher l’arbre du milieu que certain appelle arbre défendu. Il a ainsi réagit, pour  faire comprendre à l’homme que le fait d’être placé comme dominant ne veut pas dire être illimité ; que dominer ne veut pas dire exploiter à outrance mais de façon méticuleuse ce qui veut dire qu’en dominant il faut se donner des bornes, il y a des éléments à ne pas toucher voire déplacer ou faire disparaitre, on pourrait même dire que leur statut est immunitaire. Le plus intéressant de tout ça, c’est que toutes les mesures précitées ne sont que pour perdurer sa domination et sauvegarder sa propre vie.  Voilà ce qu’on n’a pas bien compris.

En Haïti, les éléments de l’environnement sont l’objet d’une féroce exploitation dont les arbres qui sont des facteurs de vie les plus importants pour l’homme. Nous en nécessitons tous, mais l’exploitation doit-être planifiée. Adan comme responsable, fut échoué dans sa mission, car il s’est pris à l’intouchable et les conséquences lui étaient affligées ; or parait-il que la majorité de nos dirigeants dans la période d’après Christophe sont pour la plupart des aveugles, des profiteurs, ils mangent et boivent sans songer à la source et aux producteurs. Voilà pourquoi nos sources de jours en jours tarissent, ce nous met l’avenir en péril dans ce pays déjà fragile. Parlant de sources ici, ce n’est pas uniquement de l’eau, mais tout ce qu’offre la nature comme éléments utiles : les arbres sont livrés à eux-mêmes, malgré leur utilité personne ne s’y oppose, l’abattage se fait de manière très cruelle tant dans les campagnes que dans les villes, c’est la raison pour laquelle il ne nous reste qu’un négligeable pourcentage de notre couverture végétale.

Cette cruauté s’exerce de différentes manières : les matières en plastiques déposées un peu partout dans l’environnement est aussi très destructives, car elles participent  activement à la pollution du milieu, donc dans ce cas, la maitresse de maison est celle qui héberge les mouches qu’elle déteste. Cela veut dire que la façon dont on salit les rues des bourgs, des villes etc. auront de graves conséquences sur notre existence directement ou indirectement. Directement ces déchets vont  générer de nombreuses espèces nuisibles à la santé, ces dernières, qui en contact avec l’humain l’affectent et le rendent maladif même mortel ou mourant ; indirectement ces déchets indécomposable pénètrent  de jours en jours dans le sous sol , et en contact avec la racine des plantes les tuent ce qui va entrainer  une insuffisance des éléments de l’alimentation, de l’oxygène, or sans ces substances la vie est impossible sur la terre. La raréfaction de l’eau va aussi se faire sentir car ce sont les plantes qui stimulent la tombée de la pluie et ce sont elles qui par leurs racines  retiennent l’eau et assurent la perduration des nappes phréatiques qui fait jaillir les sources d’eau. Or, tous ces actes ne sont que l’œuvre des humains. Ces réflexions ne font que confirmer cette phrase d’Auguste Compte : « L’homme creuse son propre tombe.»

 

Remarques : Dans cette partie nous avons insisté sur l’espèce végétale c’est parce qu’après la terre qui nous héberge, les arbres sont les premiers responsables de vie lorsqu’on considère leurs fonctions nutritives et respiratoires : les piliers de l’existence des êtres vivants. Donc, j’ai choisi de les prioriser car sans eux, pas de vie. Mes chers compatriotes, il est de toute urgence d’investir dans la protection de notre vie, mais on n’y arrivera jamais si on néglige les autres espèces.

 

Peut-on rester sans rien faire ? Et s’il faut agir, que faire ?

Ce mini sujet me fait penser à cette fameuse citation de François Marie Arouet dit Voltaire : « Le but de la vie est l’action». Mais, pour votre pleine compréhension, laisse-moi y ajouter : « C’est l’action pour une meilleure transformation.» J’ai fait ce complément  pour vous montrer que l’action n’est action que si elle aboutit à un changement. Si l’action menée n’atteint pas une restructuration parfaite de la situation en question, c'est-à-dire échoue à sa mission, elle ne peut-être qualifiée comme telle. C’est comme si on parlait de révolution en sciences sociales, dans la mesure où l’on ne renverse pas l’ancien système ou celui jugé anormal, pas de révolution.  Alors mes chers collègues la résolution a ses graves problème que confronte le pays doit débuter par un déblayage dans la mentalité des haïtiens,  ce qui doit être stimulé par une formation sociale soutenue : aide les gens à mieux comprendre leur responsabilité en tant qu’être, les faire savoir  qu’ils se détruisent la vie en ridiculisant  les autres composants de l’environnement (les végétaux, les animaux etc.)

             Connaissant la réalité des choses, tout ceci ne pourrait être possible sans une instance responsable pour donner les directives, donc l’Etat doit s’engager dans une campagne de sensibilisation écologique, ce qui selon ses visions et actions pourrait nous amener dans une politique écologique très active toutefois les concernés arriverons à éradiquer totalement les opérations qui ne font qu’aggraver la situation de notre environnement déjà compliquée.

            Les habitants doivent savoir que leurs vies dépendent des autres êtres du milieu spécialement les végétaux, qu’il  ne leur est pas formellement interdit de couper des arbres, mais il faut que la coupe soit contrôlée pour qu’en se procurant 50 gourdes, on ne tue pas toute une population, il faut qu’ils sachent aussi qu’il existe des espèces à ne pas toucher ; notamment certains espèces d’arbres comme préalablement indiqué qui sont les uniques responsable de l’alimentation des nappes phréatiques dont la disparition va causer le tarissement des sources. Cette dernière pour sa part va provoquer la sécheresse qui plus tard  engendre de graves érosions. Donc c’est ça le principe divin qui fut imposé à Adan : « ne pas s’en prendre à tout pour ne pas se tuer soi-même ». 

         Dans une pays comme le notre, il y a autres chose à faire, il faut créer obligatoirement des emplois pour ses multiples paysans qui se servent de l’abattage des arbres pour la quasi-totalité de leurs besoins et de la majorité de la population urbaine qui utilisent le charbon provenant de la coupe des arbres pour leur survie.

        Une chose déjà mentionnée, mais a ne pas négliger : c’est le comportement inacceptable des gens avec les objets de services quotidiens qu’ils jettent chaque jour sans penser malheureusement aux douloureuses conséquences. Ces déchets sans citer  les fumée d’automobile et des industries vont cruellement  agir sur le milieu et nous retourner sous formes épidémique : ils s’accumuleront dans les canaux, dans les rivières, dans les mers ce qui à n’importe qu’elle petite pluie causera de graves inondations avec l’apparition de nombreuses maladies  par la présence massive d’insectes nuisibles et beaucoup d’autre  néfastes effets. Là,  c’est l’incapacité de l’Etat  à prendre en charge les enjeux écologiques.  Malgré tous ses problèmes éclairements dévoilés, même des poubelles n’ont  pas été mis à la portée des habitants pour les rappeler la propreté. Le plus grave dans tout ça c’est que même les écoles,  lieu de l’instruction où doit provenir les bons exemples n’ont même pas cet article dans leur charte  disciplinaire. C’est pour dire que des aujourd’hui les problèmes est beaucoup plus grave que nous l’aurions pensé.

         Ainsi, ce message est adressé à vous chers hommes d’Etats et vous autres responsables  des parties politiques. Il est temps que vous vous positionniez dans les affaires écologiques du pays, comme vous vous tracassez pour avoir une belle maison, il faut que vous pensiez à cet habitat qu’on se partage en commun. La question relève un débat international mais essayons de nous mettre  au pas avec le notre (l’environnement)  avant toute éventualité de vision du monde : en exigeant l’enseignement de l’écologie (la protection du milieu ambiant) dans nos écoles comme les sciences sociales et expérimentales  pour que les enfants qui, demain seront les responsables du pays soient des hommes bien formés, qui respecteront la biodiversité de notre environnement et ainsi contribueront-ils dans la restauration au niveau international comme de vrai experts.

        A la masse défavorisée je dirais de rester vigilant d’écouter les conseils des dirigeant et de se faire de bons acteurs dans la défense de leur milieu, ainsi on développera une atmosphère de fête quotidienne lorsqu’on tiendra enfin propre notre environnement. Et nous éviterons de nous détruire la vie.

        Mes chers frères et sœurs élèves, étudiants, nous avons, étudié ensemble comment nos ancêtres ont lutté pour nous léguer ce sol. Etant esclaves, enchainés,  maltraités, ils rêvaient, ils pensaient à  l’amélioration de leur vie et celle de leur progéniture dont nous, et ils l’ont concrétisé, ce  rêve. Ca nous montre que tout est possible a celui qui croit au travail, qui a le sens de savoir faire. L’étonnant dans tout ça  c’est qu’ils étaient pour la plupart des illettrés. Mais aujourd’hui non seulement les chaines des pieds sont disparus nous avons l’opportunité d’apprendre, nous avons la chance d’être paisible pour réfléchir, agissons en mémoire de ses héros, travaillons comme de vrais génies avec réalisme pour continuer leur travail et pour que les générations futures en bénéficieront.

        Une famille sans enfant dit-on n’a pas d’avenir, mais une famille remplie d’enfant non éduqué est appelée a être détruite, donc nous autres qui sommes beaucoup plus âgés, donnons- nous l’obligation d’être des modèles pour les générations prochaines : agissons comme des soldats qui s’entrexortent  pour tenir propre les établissements scolaires, exigez la disposition de poubelles dans les campus, des lois pénalisants les rebelles, etc. Je compte sur vous, le pays vous est confié et vous pouvez…

 

Mots de conclusion

                         « Une maison non habitée ne sert qu’à être détruite ; mais des habitants qui ne s’occupent de leur milieu ou leur maison, n’en ont pas la raison d’être. »  Nous sommes dans cet espace pour vivre, mais faisons en sorte que durant notre passage nous implantons au moins un poteau qui contribuera d’une façon à une autre dans la fondation du changement durable. A ce moment, nous n’aurons pas la fierté d’avoir vécu tout simplement, mais pour avoir participé à rehausser des valeurs humaines délaissées et même foulées au pied par certains d’entre les prédécesseurs.

 

Mots de remerciement

          Ce serait manqué à ma mission, si je conclurais cet écrit sans vous remercier pour avoir  pris votre temps à réfléchir avec moi par votre lecture. Je suis entièrement disponible et disposé à recevoir vos appréhensions (critiques et autres) et à participer avec vous dans la mesure du possible dans tout ce que vous entrepreniez comme démarches pour fignoler l’environnement, toutefois vous le désirez.

          Placez-moi vos propos dans les suivants : (509) 3818-0593 ou à pierre.wadson@yahoo.fr. J’en serai très flatté !   

Ma présentation

          Originaire de Pilate précisément dans une localité dénommée Focodière,  j’ai entamé mes études primaires chez les prêtres à l’école Sacré-Cœur de Pilate, j’ai débuté le cycle secondaire chez les sœurs à l’école Immaculée Conception de Pilate et il m’a fallu gagner le sol du Cap pour les achevé au niveau humanitaire  au Lycée Jean Baptiste Duty Boukman. Actuellement je suis étudiant en Agronomie à l’université Centrale du Cap-Haïtien. Les piliers de ma vie sont ainsi fondés : DIEU, l’éducation, l’optimisme et l’austérité.

 

Merci !

« Collaborons-nous pour éviter la périclite de notre milieu ».