Présentation de la philosophie d'Emmanuel Kant :


Celle-ci est divisée en trois parties correspondant aux trois facultés de l'esprit, à savoir la faculté de connaître (ou entendement) qui en constituera la partie de la philosophie théorique, la faculté de juger ou judiciaire qui en constituera la partie esthétique et téléologique et la raison pure (qui est pratique) pour la philosophie pratique:

Introduction à la philosophie d'Emmanuel Kant :

Première introduction à la critique de la faculté de juger (1789):

L'ensemble des pouvoirs de l'esprit se laisse ramener aux trois suivants :

Pouvoir de connaître

Sentiment de plaisir et de déplaisir.

Pouvoir de désirer

Mais au fondement de l'exercice de tous ces pouvoirs on trouve toujours le pouvoir de connaître, bien qu'il n'y ait pas toujours connaissance (car une représentation qui relève du pouvoir de connaître peut également être intuition, pure ou empirique, sans concept). Par suite, dès lors qu'il est question du pouvoir de connaître d'après des principes, à côté des facultés de l'esprit en général, viennent se ranger les pouvoirs supérieurs de connaître que voici : Pouvoir de connaître - Entendement Sentiment de plaisir et de déplaisir - Faculté de juger. Pouvoir de désirer - Raison.

Il se trouve que l'entendement contient des principes a priori propres au pouvoir de connaître, que la faculté de juger n'en contient que pour le sentiment de plaisir et de déplaisir, et la raison de son côté uniquement pour le pouvoir de désirer. Ces principes formels fondent une nécessité, qui pour une part est objective, pour une part subjective, et qui, pour une part également, du fait même qu'elle est subjective présente en même temps une validité objective; voilà pourquoi, grâce aux pouvoirs supérieurs qui s'y ordonnent, ils déterminent les facultés de l'esprit correspondantes que voici :

Pouvoir de connaître Entendement Légalité
Sentiment de plaisir Faculté de juger Finalité
Pouvoir de désirer Raison Finalité qui est en même temps loi (obligation)

Enfin aux principes a priori que nous venons de citer, principes de la possibilité des formes, s'associent également ceux-ci qui en sont les produits :

Pouvoirs de l'esprit Pouvoirs supérieurs de connaître Principe a priori Produits
Pouvoir de connaître Entendement Légalité Nature
Sentiment de plaisir Faculté de juger Finalité Art
Pouvoir de désirer Raison Finalité qui est en même temps loi (obligation) Moeurs

Ainsi la NATURE fonde sa légalité sur les principes a priori de l'entendement comme pouvoir de connaître ; l'ART dans sa finalité a priori se règle sur la faculté de juger en rapport au sentiment de plaisir et de déplaisir ; LES MOEURS enfin (comme produits de la liberté) se situent sous l'Idée d'une forme de la finalité, qui se montre propre à des lois universelles à titre de principe déterminant de la raison relativement au pouvoir de désirer. Les jugements qui résultent en cette façon de principes a priori propres à chaque faculté fondamentale de l'esprit, sont des jugements théoriques, esthétiques et pratiques.
(PREMIÈRE INTRODUCTION AK. XX, 7, P 244-247 ou p.76-78 pour l'édition française)