+

P-au-P, 2 déc. 2011 [AlterPresse] --- Près de la totalité des institutions de santé en Haïti offrent au moins trois méthodes modernes de contraception, selon les résultats d’une enquête conduite en novembre 2011 par le ministère de la santé publique et de la population (Mspp) et dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

D’après ces résultats, présentés le mardi 29 novembre à Port-au-Prince, 91.8 % d’institutions offrent au moins trois méthodes modernes de contraception.

L’ensemble des institutions qui disposent de trois méthodes de contraception se retrouvent dans les départements du Nord-est, du Sud-Est et des Nippes. Une plus grande disponibilité en méthodes contraceptives modernes est observée beaucoup plus en milieu rural qu’en milieu urbain, selon l’enquête.

Cette enquête est basée sur la disponibilité des intrants clés de santé de la reproduction, les méthodes contraceptives dans les différentes institutions et leur accessibilité à la population.

Elle a tenu compte de 124 institutions sanitaires (dont 54 institutions publiques), réparties dans les dix départements du pays offrant des services de planification familiale et/ou de santé maternelle.

Le département de l’Artibonite a le plus faible taux d’institutions qui offrent trois méthodes modernes de contraception, soit 73. 3%.

Parmi les méthodes modernes de contraception, les préservatifs masculins sont plus populaires, soit 91.1 %, enregistre t-on.

80 institutions, soit 73.6 %, ont été touchées par les ruptures de stock en méthodes modernes de contraception au cours des six derniers mois qui précédent l’enquête dont 44.4% sont en milieu urbain et 56.6% en milieu rural.

Les Nippes, le Sud, la Grande Anse, le Centre ont tous connu des ruptures de stock de contraceptifs modernes pendant cette période.

Cependant, 86.4% d’institutions, tous niveaux confondus, ont eu en stock des intrants pour les méthodes modernes de contraception au moment de l’enquête.

« La disponibilité des méthodes contraceptives est mieux assurée dans le secteur ’gouvernement’ que dans les autres », d’après l’enquête.

56.8% de ces institutions sont des hôpitaux (25 sur 44), indique l’enquête, qui a été financée par le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP).