Le ministère de la santé publique et de la population a lancé ce lundi 16 janvier les états généraux de la santé : une plateforme qui vise à l'amélioration du système sanitaire en Haïti.


Procédant au lancement officiel des états généraux de la santé, le président de la république a précisé que le gouvernement ne perd pas de vue le secteur santé, même si l'éducation, l'emploi, l'Etat de droit, l'environnement et l'énergie constituent les cinq priorités autour desquelles s'articule son programme politique.

« Vivre bien c'est pouvoir permettre à notre population, majoritairement jeune, de jouir d'un bon état de bien-être physique, mental et social. Pour qu'elle remplisse son rôle moteur de force de travail », souligne Michel Martelly tout en précisant que la santé doit être perçue comme un grand projet d'investissement.

Pour sa part, la ministre de la santé, le docteur Florence D. Guillaume a mis l'accent sur la réduction du risque de la population d'être affectée par une maladie qui constitue un grand défi à relever.

Par ailleurs, la responsable du MSPP a plaidé en faveur de la promotion d'une plus grande égalité de chance d'accès à la santé.

« Un système de santé unique, décentralisé et performant répondant aux besoins de la population », tel est le leitmotiv du MSPP et de l'Unité de Planification d'Evaluation.

En dernier ressort les autorités disent vouloir, par le lancement des états généraux de la santé, sortir progressivement de la logique des « projets » et d' « ONG » qui se substituent à l'Etat. Ce pour avancer vers l'évolution et la mise en place de régimes de soins de santé équitablement accessibles à la population.